Judy Garland est une star mythique du cinéma américain. Comédienne, danseuse, chanteuse, elle s'est illustrée dans les plus grandes comédies musicales. Disparue il y a tout juste 50 ans, elle a fait l'objet d'un documentaire de Bertrand Tessier sur OCS. Le journaliste lui a aussi consacré un ouvrage très complet sur son parcours d'étoile...

Le paysage de sa naissance ne laissait en rien présager un parcours d'actrice et chanteuse adulée du cinéma américain. Judy Garland est née en 1922 au fin fond du Minnesota, entre lacs et forêts. La famille n'est pas très riche mais a la fibre artistique: propriétaire d'un petit cinéma pour le père et pianiste pour Ethel, la mère. Les soeurs ainées de Judy Garland chantent mais Ethel dépiste un don supplémentaire chez la petite. Très vite, elle se fait remarquer à Los Angeles où Ethel emmène les trois filles pour des auditions. Les Garland Sisters se produisent en 1929 en chantant "That's the Good Old Sunny South". Observez bien la plus jeune dans la vidéo ci-dessous... Le don est révélé.

Le livre de Bertrand Tessier va plus loin en décrivant les heurs et malheurs de l'enfant. Une vie de jeune artiste, loin d'être magique, entre intérêts des uns, enjeux de pouvoir et d'argent... sans tenir compte de ce qu'elle est vraiment. On est loin du Magicien d'Oz, où elle incarne le rôle tître. Le film, signé Victor Fleming, sorti en 1939, était l'adaptation d'ouvrages de L. Franck Baum... une série de livres considérés comme le premier conte américain destiné aux enfants. Judy Garland y interprète une chanson mythique Over the rainbow. "Cette chanson symbolise les rêves et les espoirs des gens. Elle est la plus chère à mon coeur", déclarera t'elle. Réécoutez...

Il serait trop long de retracer la vie de la comédienne au risque de paraphraser l'excellent ouvrage de Bertrand Tessier qui mène une enquête passionnante, passionnée et très détaillée. Que peut-on ajouter ? Côté vie privée, un mariage avec Vincente Minelli, une fille devenue la célèbre Liza Minelli, née en 1946... un mal-être persistant venant de l'enfance et d'une relation difficile à la mère. En reprenant l'extrait d'une interview de la comédienne sur sa mère, Bertrand Tessier l'exprime et on comprend tout : "Ma mère était une vraie harpie. Quand j'étais malade, elle me disait : "Tu vas chanter, sinon, je t'attache au lit et je te mets une raclée". Qu'ajouter encore hormis une addiction aux médicaments due à sa dépression profonde et persistante, des enchaînements de films et une disparition tragique: overdose de barbituriques en juin 1969. Il reste ses films dont vous pouvez redécouvrir des extraits dans la vidéo ci-dessous. Et la lecture du livre de Bertrand Tessier publié aux Editions "L'Archipel".

Marie-Hélène Abrond

Ajouter un commentaire