A Lille, une exposition où le toucher est roi !

Ne pas toucher ! Ne touche pas ! Les injonctions souvent destinées aux enfants n'ont pas le droit de cité dans l'exposition "Prière de toucher" proposée par le Palais des Beaux Arts de Lille jusqu'au 27 février. Et si nous changions notre regard sur les oeuvres d'art en les découvrant autrement que par la vision ? Voilà une formidable expérience sensorielle issue d'une démarche collective  et itinérante dans six musées régionaux français (Montpellier, Lyon, Rouen, Lille Bordeaux et Nantes) en partenariat avec le Musée du Louvre et le musée Fabre. 

Cette approche sensible se veut inclusive pour intégrer tous les publics qu'ils aient ou non un handicap physique, sensoriel ou mental, francophones ou pas, jeunes ou âgés. Mbalyon 0584Le toucher, l'un de nos cinq sens oubliés lors des expositions au profit de la vue permet, dans ce cadre, de devenir vecteur d'émotions face à une oeuvre dont les non ou malvoyants sont souvent exclus. Mais il permet aussi de redécouvrir une oeuvre autrement. Ainsi, par exemple, des prêts de masques pour les yeux sont prévus pour se lancer dans cette aventure sensorielle vectrice d'émotions nouvelles. Parmi les oeuvres proposées, notons L'ange déchu d'Auguste Rodin, mais aussi Voltaire assis de Jean-Antoine Houdon ou encore La Rieuse de Jean-Baptiste Carpeaux.

Précisons enfin que cette exposition fait l'objet d'une réflexion plus large et approfondie, les 26 et 27 janvier où se dérouleront de nombreuses tables rondes autour de la construction de l'inclusion au sein des musées avec 50 intervenants parmi lesquels médecins, neurologues, directeurs de musées de France et d'ailleurs, responsables pédagogiques. Avec un credo au coeur de ces rencontres: mieux faire pour permettre à tous d'accéder à l'art et le postulat que celui-ci peut prévenir, soigner et réparer. Tout un programme riche en devenir !

Cette exposition siègera ultérieurement au Musée des Beaux-Arts de Bordeaux de juin 2023 à janvier 2024 avant de rejoindre Nantes de mars à août 2024 !

Marie-Hélène Abrond

Publié le 23 janvier 2023

Ajouter un commentaire