La Grèce est à l'honneur sur CulturActu cette semaine.

Côté cinéma, le réalisateur grec Yórgos Lánthimos se prépare à la nuit des Oscars qui se déroulera dans la nuit du 24 au 25 février. Il a reçu 10 nominations pour son film "La Favorite" dont celui de meilleure actrice pour le premier rôle avec Olivia Colman et deux pour le second rôle avec Emma Stone et Olivia Weisz.

C'est un film en costumes et décors du XVIIIème siècle auquel nous invite le réalisateur à la Cour de la Reine Anne de Grande-Bretagne, dernière de la dynastie des Stuart ayant vécu de 1665 à 1714. On y découvre une Reine (Olivia Colman) malade et dépressive après 18 grossesses desquelles seuls cinq enfants ont survécu.

Le fond de l'histoire est vrai: la relation intime qu'entretient la Reine avec Sarah Jenning Churchill va influencer et perturber fortement le pouvoir royal. Pour être plus clair, la jeune femme (incarnée par Olivia Weisz) a un tel ascendant sur la souveraine qu'elle gouverne à sa place dans tous les actes de la vie du royaume, la coupant de tous contacts avec les ministres.

La réalité, c'est aussi que la jeune cousine de Sarah, Abigail Hill débarque, sans le sou, un beau matin pour demander un emploi de servante. Humiliée par ceux qui l'entourent aux cuisines, elle va pourtant gravir, un à un, les échelons qui vont la mener auprès de la Reine. Pour cela, elle devra déjouer tous les pièges qui lui sont tendus par sa cousine, les courtisans, les serviteurs. Emma Stone l'affirme dans ses interviews : "Le film fait appel à des éléments primitifs qui sont toujours recherchés : la survie, la sécurité... le pouvoir". Quand Abigail a compris le jeu qui se tramait pour l'éliminer, elle en usera à son tour, souvent à regrets.

En définitive, la toile de fond de "La Favorite" reste très actuelle : là où règnent les gens de pouvoir, règne la lutte pour le pouvoir. Peu importent les stratégies et les moyens déployés. Effrayant mais à voir... avant les Oscars !

Marie-Hélène Abrond

La favorite

Ajouter un commentaire