Le nouveau film de Xavier Dolan "Ma vie avec John F. Donovan" vient de sortir sur les écrans. L'histoire d'une correspondance entre un comédien, John F. Donovan (incarné par Kit Harington) une star de la télévision et Rupert Turner (l'étonnant Jacob Tremblay), un fan, lui aussi acteur de 11 ans. Deux vies parallèles qui ne se croiseront qu'à l'écrit.

Au début du film, Rupert devenu adulte et comédien à son tour, publie dix ans après la mort de son idole leur correspondance et donne une interview à une journaliste dubitative. "Je ne viens pas vous parler d'une icône", prévient-il

Il y a d'un côté John F. Donovan, comédien star de série télévisée aux Etats-Unis et ses hordes de fans, ses photocall, son agent, ses interviews. Et une vie qu'il a bien fallu créer pour l'image et les magazines people. Une existence dans laquelle l'acteur se sent profondément seul, en décalage avec sa famille et le rôle qu'il est obligé de jouer dans sa vie personnelle.

De l'autre, il y a Rupert Turner, un jeune acteur de 11 ans qui a dû rejoindre l'Angleterre. Précoce et très mature, Rupert est harcelé à l'école en raison de sa différence. Son refuge, c'est sa série préférée avec son héros aux super pouvoirs: John F. Donovan.

Avec l'aide de sa mère, Rupert va adresser une première lettre de fan à l'acteur... qui lui répond. S'ensuit alors une correspondance régulière que l'enfant tait à son entourage. Ces échanges de courriers l'aident à supporter sa vie difficile entre une mère absente, un père défaillant et une école dans laquelle il ne trouve pas sa place. 

Dans leurs lettres, l'acteur en herbe et l'acteur star échangent dans la bienveillance et la compréhension.  Le jeune Jacob Tremblay, incarnant Rupert, l'explique : "Chacun a l’impression que l’autre est la seule personne avec qui il peut communiquer et exprimer ses sentiments." Une sensibilité commune, une pureté qui vont se heurter à la malveillance et la jalousie du monde extérieur. 

En évoquant leur correspondance lors d'un devoir scolaire, Rupert fera basculer les deux destins. Car en parallèle, l'homosexualité de John F. Donovan est révélée dans la presse. Les échanges épistolaires apparaissent alors douteux. Mais comme le révèle le héros de l'histoire: "La plus grande réussite de notre amitié, c'est que personne ne la comprendra". S'ensuit un cataclysme dans les deux vies fait de regards fuyants, de fausses révélations, de trahisons et d'abandons. 

On ne vous racontera pas la fin de cette histoire émouvante. Mais on pourra réfléchir à cette question posée dans le film : "Doit-on tout connaître ou révéler d'un artiste ? En quoi est-ce si important ?"

Marie-Hélène Abrond

A l'affiche de ce film: Nathalie Portman, Susan Sarandon

Ajouter un commentaire