Le "Théâtre des Deux Anes", qui a fêté son centenaire l'an dernier vous entraîne sur la planète humour et l'univers des chansonniers.

Un livre intitulé, "100 ans d'humour politique" est consacré à l'histoire du lieu, lié à ce quartier mythique de la fin du XIXème siècle où régnait une vie artistique riche, impertinente, celle des cabarets et du Paris où l'on danse et s'encanaille.

"Mon théâtre a épousé la République", affirme Jacques Mailhot, le maître des lieux, en exergue de l'ouvrage. Et d'affirmer en postulat : "La parodie est un droit absolu".  Le ton est donné et bien vivant au 100, boulevard de Clichy, à deux pas du Moulin Rouge au pied de la Butte. Un quartier où se sont croisés suivant les époques, Toulouse Lautrec, La Goulue, Colette ou Aristide Bruant.

Le "Théâtre des 2 Anes" qui ne s'appelait pas encore ainsi a été baptisé "La Taverne des truands" (notre photo), "L'Araignée" ,"La Truie qui file", "Le merle blanc" ou encore "Le Porc qui pique"... en fait, beaucoup de noms d'animaux !

En 1922, alors qu'André Dahl et Roger Ferréol viennent de racheter la salle et ne trouvent pas de nom, ils finissent par s'exclamer : "Nous sommes des ânes"., baptisant du même coup le lieu ! Avec une devise qui n'a pas changé : "Bien braire et laisser rire" et une liberté de ton qui ne s'est pas démentie même lors de l'Occupation. Une période où les chansonniers remettaient les textes de leur spectacle aux autorités allemandes mais changeaient tous leurs propos en entrant en scène. Esprit de résistance et de ton

Mais le "Théâtre des Deux Anes," c'est, pour nos contemporains, une multitude visages et des voix que personne n'oublie: Anne-Marie Carrière, Maurice Horgues, Jean Amadou ou encore Jacques Bodoin (notre photo), le doyen des chansonniers qui nous a quittés il y a quelques semaines.

En rachetant le théâtre, Jacques Mailhot a su préserver cet esprit de liberté qui souffle toujours et apporter son soutien aux jeunes talents pour leur permettre de grandir. "Les chansonniers forment une famille", aime rappeler le maître des lieux. Le tout, dans un esprit de qualité d'écriture. Michel Guidoni le souligne: "Le travail d'écriture est important, les Deux Anes ont toujours cultivé la belle langue, et si, puisque nous sommes gaulois, il y a gaudriole, c'est toujours avec élégance."

Marie-Hélène Abrond

Publié aux éditions du Cherche Midi et signé Véronique Mortaigne, l'ouvrage de près de 200 pages recèle de nombreuses photos. Et pour prolonger le rire, rendez-vous au Théâtre des Deux Anes pour assister au dernier spectacle "Trumperie sur la marchandise".

Ajouter un commentaire